2600/2700 Success

THE RU[i]NNER
Membro desde: jan 10, 2019
Send friend request
19 jogos desejados
AC IV: Black Flag
-88%
4.98€
Assassin's Creed IV: Black Flag
Oferecer
AC Brotherhood
-79%
3.17€
Assassin's Creed: Brotherhood
Oferecer
AC: Director's Cut Edition
-67%
3.28€
Assassin's Creed: Director's Cut Edition
Oferecer
AC Revelations
-78%
3.29€
Assassin's Creed: Revelations
Oferecer
Detroit: Become Human
-43%
22.72€
Detroit: Become Human
Oferecer
FF XII: The Zodiac Age
-52%
23.99€
Final Fantasy XII: The Zodiac Age
Oferecer
Gods Will Be Watching
-51%
4.38€
Gods Will Be Watching
Oferecer
Going Medieval
-70%
6.89€
Going Medieval (Early Access)
Oferecer
The Last Campfire
-69%
3.82€
The Last Campfire
Oferecer
The Survivalists
-52%
11.90€
The Survivalists
Oferecer
Rainbow Six Siege
-59%
8.29€
Tom Clancy's Rainbow Six Siege
Oferecer
Kentucky Route Zero
-90%
2.23€
Kentucky Route Zero
Oferecer
Shadow of the Tomb Raider: Definitive Edition
-71%
17.55€
Shadow of the Tomb Raider: Definitive Edition
Oferecer
South Park: The Fractured but Whole
-70%
17.99€
South Park: The Fractured but Whole
Oferecer
13 amigo(s)
SkynoZ2700 pts
Riku2200 pts
Hancoya2000 pts
Filwy1800 pts
hugolius1500 pts
Reepper1400 pts
Mrjksaw900 pts
Juda Nanas800 pts
gamer-2c9f2a700 pts
gamer-8e3e5a700 pts
gamer-c5c0c0700 pts
gamer-526979600 pts
LEX600 pts
38 jogo(s) adquirido(s)
9 comentário(s) publicado(s)
No Man's Sky
80
Bon, c'est enfin le moment de déposer le bilan.

No Man's Sky semble arriver au terme de sa rédemption, il ne reste encore qu'une ou deux extensions à mon sens, avant que les développeurs ne soient pleinement satisfaits de leur travail. Et quel travail ! Jamais je n'aurai cru voir un tel jeu passer de zéro à héros ! Je suis un joueur ayant débuté mon aventure sur PS4, qui après de longues heures à tenter d'aimer corps et âme ce titre, me suis décidé à m'en débarasser. Puis vint Beyond, Next, et tout ce qui s'en suit, puis l'expérience que je vais vous décrire plus bas.

Les '*' montrent le contenu ajouté depuis sa sortie, pour les anciens qui auraient laché le jeu depuis 5 ans.

No Man's Sky est un jeu d'exploration spatial procédural (jouable en coop*) en deux temps.

Le premier est l'histoire principale*, où l'on suit les traces d'une amie disparue, que l'on cherche à retrouver, elle et notre mémoire, tout en se retrouvant entrainé dans les mystères d'une galaxie mourante.

L'histoire est, honnêtement, passable. Les thématiques sont intéréssantes et c'est un excellent prétexte pour nous montrer tout ce que le jeu a à proposer, mais étant donné qu'il faut TOUT montrer, il faut donc montrer les bons, comme les mauvais points du jeu. Le dénouement est par contre vraiment prenant et malgré tout, cette histoire aura eu le mérite de donner du divertissement à certains et de me permettre de me familiariser avec des éléments que je n'aurai jamais touché autrement.

Vient donc le second temps, après l'histoire, le réconfort.

Et que pouvons-nous faire dans No Man's Sky fin 2021 ?

Côté positif, nous pouvons donc tout d'abord avoir notre propre base*. Celle-ci peut accueillir de la culture, fonctionne à l'énergie (Captain Obvious) et nécessite donc de la production de ressources.

Par ailleurs on peut y retrouver des spécialistes recrutés au préalable pour divers choses comme les armes ou les bâtiments de base. Tout ceci ajouté à la diversité de biomes proposés font qu'il est plaisant d'avoir une petite base aux 4 coins de la galaxie (par exemple une planète volcanique, calme, aquatique et une planète de farm de petites orbes qui se vendent chers) pour y chercher une ressource avec son exonef* (véhicule tout terrain plus facile à manier qu'un Mako).

De plus, le jeu propose du multijoueur*, avec la possibilité de faire des expéditions à plusieurs, des primes ou des missions, ou simplement se retrouver en construisant une base à plusieurs, en discutant sur un discord tandis que l'un ou l'autre fait sa petite routine. Un HUB est même de la partie avec l'Anomalie, qui est VRAIMENT utile puisqu'il centralise tous les besoins en un seul endroit.

Enfin, le dernier ajout majeur et qui est un point immanquable, ce sont les colonies. Elles permettent (enfin) d'ajouter de la vie puisque ce sont de petites villes trouvables un peu partout et améliorables au fur et à mesure du jeu ! Seul point noir, elles sont longues à développer et pour les joueurs assez loin dans le jeu, elles ne sont plus d'une grande utilité.

Parlons désormais points noirs, car il y'en a, forcément.

Dans un premier temps, les combats. Il est possible de se battre un peu partout contre des sentinelles, protégeant un système et son éco(système) de malfrats comme vous (ou moi). Sauf que ce sont (presque) les seuls ennemis de tout le jeu. Il y'a bien quelques exceptions comme parfois des scorpions ou araignées, mais en somme, être en froid avec un peuple ne vous rendra pas ennemi avec eux, et ils n'essayeront pas de vous tuer, au contraire vous pourrez même leur parler alors même que vous êtes leur ennemi, et avez pillé tous leurs cargos.

De plus, ces mêmes combats sont assez fastidieux puisqu'ils se basent essentiellement sur deux attaques. En vaisseau, vous tirez vos roquettes puis avec votre arme principale, et ce sur tous les ennemis et ils mourront tous en 2 secondes, sur Terre, maintenez votre dard ardent (si débloqué) et attendez sagement la mort de l'ennemi. Surtout que le catalogue de sentinelles différentes est de 4 (5 je crois avec Frontiers).

Ensuite, les planètes sous marines*... Le concept est très intéréssant et d'ailleurs ce sont de très jolies planètes, mais il est quasiment impossible de s'y poser, aucune terre, rien. Proposer un module pour se poser sous l'eau ou flotter au dessus aurait été intéréssant, d'autant que ce sont des planètes à problèmes. Y construire une base est un calvaire, s'y déplacer à pied ou en véhicule sous marin également, et finalement elles me font penser à ce qu'aurait été Subnautica sans l'exploitation de ressources et l'enjeu. Dommage.

Enfin, le dernier point et pas des moindres, les bugs. Bugs, bugs, bugs, il n'y a que ça dans No Man's Sky.

Rien de bien handicapant, mais certaines choses sont présentes depuis sa sortie. Le sol génère parfois des rectangles creusés dans le sol comme s'il manquait un "chunck", les bases font parfois n'importe quoi avec le vaisseau qui apparait dedans, les murs qui disparaissent, voir carrément un ami qui peut faire ce qu'il souhaite de votre propre base (ça je sais pas si c'est un bug mais en tout cas, quand un ami rejoint ma base, mon exonef et Minotaure disparaissent pour faire apparaitre les siens). Les textures ne chargent pas, les dialogues mettent parfois du temps à s'enchainer, toujours des freezes en sortant ou rentrant d'une planète malgré ma config (voir ma page Steam).

En clair, No Man's Sky est un jeu qui aurait du être en early access, et qui me rappelle énormément des jeux comme Satisfactory ou Raft. D'excellentes idées, une équipe passionnée et talentueuse, mais dont leurs jeux sont en l'état encore des embryons.

Pour No Man's Sky, ce n'en est clairement plus un, mais c'est dommage alors de voir qu'il est à la fois si complet, mais que dans le même temps il ne me parait parfois pas tout à fait terminé.

Essayez No Man's Sky, ce n'est pas un jeu simple à prendre en main et encore moins à apprécier, mais en l'état il est parfaitement présentable et quoi qu'il arrive, vous profiterez d'une expérience plus riche et instructive que la moitié de ces jeux de survie qui se copient tous les uns des autres.

Il ne manque qu'un ou deux grands ajouts ainsi qu'une dernière grosse mise à jour de stabilité et correction pour qu'il soit tout simplement parfait et que son voyage s'achève.

Merci à toutes celles et ceux qui auront pris le temps de lire jusqu'ici et force aux développeurs qui font un travail remarquable !
NieR:Automata Game of The YoRHa Edition
100
Seconde fois que je m'essaie à ce titre, suite à la sortie de NieR Replicant Ver.1.22, me permettant au passage de découvrir cette perle qu'était le premier NieR. Et quelle aventure cela a été lorsque l'on connait tous les tenants et aboutissants, c'est une seconde lecture qui s'est offerte à moi et que j'aurai aimé avoir eu plus tôt.

NieR:Automata, suite du peu connu NieR Replicant donc, raconte l'histoire de deux protagonistes sur une Terre en ruines. 2B et 9S, deux androides de combat appartenant à un groupe en orbite dans une station spatiale près de la lune, sont en mission afin de "purifier" la surface de la Terre de ces immondes robots, arrivés suite à l'arrivée d'aliens. L'Humanité ne pouvant se battre et préférant envoyer des robots obéissants à la place, votre mission est donc d'occire du vilain robot encore et encore.

Mais, si vous connaissez les penchants particuliers du créateur du jeu, à savoir Yoko Taro, vous savez sans doute que NieR ne sera pas que ça, parce que ces robots si "méchants" montrent en réalité des comportements étranges qui vont bouleverser et chambouler le cours de votre périple.

Pour être tout à fait franc, NieR:Automata est l'un de ces rares jeux qui a su me faire pleurer et me prendre aux tripes là où des énièmes AAA m'ont laissé de marbre quant à la mort (plus ou moins) marquante d'un énième personnage secondaire. Parce que NieR n'a pas peur de vous voir souffrir, de jouer avec vous, et avec ces mécaniques. C'est un jeu généreux qui cherche avant tout à vous faire ressentir plutôt qu'à vous faire raconter.

Les mécaniques d'ailleurs parlons en. Le jeu est l'oeuvre du studio Platinum games, en collaboration avec Square Enix, qui ne sont autre que les papas de Bayonetta. Au diable le gameplay rigide du premier et bonjour les esquives parfaites et le combat à deux armes. NieR:Automata est un jeu qui ne m'a pas particulièrement convaincu dans son gameplay. Celui-ci est assez vite répétitif, étant donné qu'on se retrouve face au même bestiaire sur la quasi intégralité du jeu. Les armes d'ailleurs mettent du temps à arriver, ce qui freine davantage les combinaisons d'armes et autres joujous à disposition.

Mais, une fois encore, ce point est atténué par une qualité indéniable que j'ai rarement vu, la diversité dans le gameplay. Je m'explique : dans un jeu traditionnel, on vous offre une pléthore d'outils qu'on vous fait améliorer, modifier et ainsi votre courbe de progression évolue avec le temps. Or, dans NieR:Automata, la progression est dicté par le jeu lui même, c'est à dire que le gameplay est constamment modifié à votre insu. Il est possible de passer de shooter à Beat them up (je crois que les gens préfèrent "them all" mais bon... ^^) voire carrément incarner un autre personnage en plein milieu d'un gros combat et contrôler des créatures sur un zone entière. En bref, Yoko Taro tire une fois encore les ficelles de son jeu pour faire d'une faiblesse un véritable tour de force.

La musique n'est pas en reste puisque ce NieR propose une bande son exceptionnelle, avec un thème différent pour chaque zone et dynamique selon les ambiances, toutes chantées et orchestrées. Si vous n'avez jamais écouté une musique de NieR, je ne saurai vous conseiller que de le faire, afin de comprendre à quel point elles sont une oeuvre à part entière.

Du coup, NieR:Automata, un jeu parfait ? J'aurai terriblement aimé répondre oui, malheureusement, de nombreux défauts subsistent encore aujourd'hui. La technique est affreuse, le jeu n'est pas beau, il me rappelle cette période où j'ai commencé à acheter des jeux Ubisoft sur Wii U parce que je refusais de prendre la génération PS3, XBOX 360... Le framerate est toutefois impeccable de mon côté, mais ne vous fiez pas à ça, de nombreuses personnes se plaignent de son optimisation, et j'ai une très bonne bécane ! On peut toutefois reconnaître qu'il est désormais possible de jouer en 4K natif, un réel plaisir, qui se remarque néanmoins dans les cinématiques, où l'on se rend compte de la différence in-game (beau) et cinématique (flou dû à un upscaling de l'image).

Enfin, je trouve la seconde partie du jeu pénalisante, la mort nous oblige à recommencer des pans entiers du jeu, et l'équilibrage est assez... meh. J'ai effectué la majeure partie des quêtes secondaires lors de la première partie et pourtant je me suis retrouvé (une fois encore car c'était ma seconde "run" du coup) à toujours devoir me soigner car les niveaux étaient déséquilibrés.

J'aimerais terminer sur une petite aparté avant de conclure.

Suite à la sortie de Nier Replicant, vous vous demandez surement par lequel commencer... Ayant fait Automata puis Replicant puis Automata, je vous recommande chaudement de débuter par Replicant, le remaster vaut largement le détour, tant le travail est si bon, et l'histoire si riche. Vous n'en serez pas déçu, et surtout, retrouver certains éléments d'histoire, comprendre des décors, musiques, et personnages m'ont donné de belles émotions.

Je vous conseille donc (très) fortement d'acheter ce titre, toutefois pas sur PC si celui-ci n'est pas très performant. Entre musiques exceptionnelles, histoire bouleversante, gameplay différent et personnages attachants, NieR:Automata est une oeuvre à part entière, à laquelle rien ne pourra vous préparer !
Furi
80
Excellent jeu à la difficulté relevé sans pour autant être inaccessible !

Le jeu jouit d'une DA ainsi que d'une BO dans les tonts synthwave, à savoir du violet et rose pêtant avec les musiques d'un bon jeu cyberpunk.

Le jeu est simple à comprendre, on y incarne un samurai futuriste, dont le but est de vaincre des gardiens, nous gardant emprisonné.

Le rythme est nerveux, mais cherche régulièrement à nous poser.

Car les combats sont durs, parfois long, et demandent de l'adaptation rapide.

Je n'ai pas trouvé le jeu particulièrement dur, si ce n'est le dernier boss, qui m'a demandé quelques efforts, d'autant que le DLC rajoute un boss, lui aussi plutot simple...

Ce n'est pas pour autant que l'expérience en est gaché, loin de là, puisque les joueurs comme moi seront récompensés d'une difficulté plus ardue, là où les néophytes pourront se contenter d'une difficulté plus accessible.

Les cinématiques sont assez décevantes, je parle de passage où le protagoniste marche à pied, et notre gentil lapin libérateur nous bassine de dialogues curieux.

J'en retiens une excellente expérience et un bon souvenir quant aux combats, dont certains m'ont donné le tournis !

Bref, si vous aimez le challenge, une DA/BO qui dépote, et un gameplay nerveux mais exigeant, foncez !

Pour les autres, je conseille de regarder une petite vidéo de gameplay afin de voir si le jeu vous correspond, car manette en main, ça peut vide devenir frustrant.

Enfin, sachez que la durée de vie est assez courte. (8h pour ma part DLC inclus, le temps que vous voyez à l'heure de cette review, avec quelques moments où j'ai laissé l'ordi allumé, ce doit être moins !)
Hades
100
Avant toute chose, il est important de noter que je n'étais pas familier avec le genre du rogue lite. J'avais déjà expérimenté quelques titres comme Enter the gungeon, Binding of Isaac ou encore Neon Abyss, mais jamais à ce point là. Consacrer plus de 30h sur un jeu est déjà un exploit en soit pour moi, d'autant plus lorsque le jeu se résume à recommencer de 0 ce qu'on a entamé.

Hades est un rogue lite différent, en tous points de ce que vous connaissez du genre.

On y incarne Zagreus, fils de Hades, dont la principale occupation est d'essayer de s'enfuir des Enfers et surtout de son paternel qu'il hait. Pour ce faire, il est aidé des dieux de l'Olympe qui, grâce à des faveurs, vous permettre d'améliorer des capacités afin de pouvoir s'enfuir.

Vous avez là l'histoire de départ, celle que l'on apprend en une run.

Mais rien que sur ce point, Hades est unique.

L'histoire d'Hades peut se résumer en une ligne, mais son lore lui, est immense et interminable.

Zagreus peut faire la rencontre de plus d'une dizaine de personnages différents, entamer des relations avec certain(e)s voire débloquer des objets et compagnons pour améliorer sa progression.

Mieux encore, chaque dialogue a un sens et permet d'en apprendre toujours plus, heure après heure, sur ceux que l'on croit ennemis, et vice versa.

Même après près de 80 heures, il m'arrive encore d'avoir de nouveaux dialogues, de nouvelles interactions et de nouvelles opportunités, alors que je suis supposé avoir mis un terme à l'histoire.

Hades regorge de contenu, tellement qu'on oublie à quel point les personnages en sont fictifs, car à aucun moment, on a cette sensation que plus personne n'a rien à nous dire.

Mais bien sur, Hades est un rogue lite, alors, comment ça se déroule de ce côté là ?

Et bien rien à redire là dessus !

La principale qualité du titre est avant tout son gameplay.

Celui ci est varié puisque l'on peut jouer pas moins de 7 armes différentes qui ont toutes leurs caractéristiques propres, mais surtout des formes différentes pour varier le gameplay d'une arme.

De plus, le bestiaire est excellent et parfois très exigeant.

Ceci s'accompagne d'un gameplay nerveux, rapide mais efficace. Il faut se déplacer très rapidement, frapper, esquiver, parer ou lancer, et ce, sans interruption ou la mort nous guette.

Jamais un rogue lite ne m'avait sembler aussi défouloir sans pour autant me sembler trop simple ou brouillon.

Bien sur, Hades est brouillon, surtout en fin de run, avec toutes les capacités en possession, mais il l'est autant qu'après une run de Risk of rain 2 ou de Binding of Isaac.

Côté direction artistique, là encore, c'est un sans faute puisque le jeu est en 3D et semble être en 2D tellement les décors sont colorés et réfléchis.

De plus, les variations de décors sont intéréssants puisque de une, chaque décor propose son bestiaire, sa contrainte et enfin son code couleur, mais surtout parce que cela permet une richesse dans les idées, évitant toute sensation d'un jeu redondant.

Enfin, les musiques sont exceptionnelles, et font partie des raisons principales pour lesquelles je relance encore aujourd'hui Hades.

Mais la vraie question est : pourquoi ça marche ?

Parce que certes, on peut avoir autant de qualités comme énoncées plus haut, mais au fond, Neon Abyss aussi remplit la majorité de ces cases et pourtant je n'y ai pas passé autant de temps.

Mais selon moi, Hades fonctionne parce qu'il ne punit jamais le joueur, bien au contraire.

La mort n'est jamais synonyme d'échec, puisque chaque run permet l'obtention d'objets, utiles à l'obtention de "refus de la mort" pour ressuciter après une mort ou encore le fait de débloquer des armes.

Et tous ces éléments déblocables sont ce qui nous permet de réussir une run, de vaincre le boss final et de le relancer, plus confiant que la première fois.

Et les développeurs l'ont très bien compris.

En effet, après une première victoire, il sera possible de commencer à débloquer des malus !

Conclusion : jouez à Hades, vous n'aurez aucun regret à découvrir cette pépite !(qui propose un mode divin pour ceux qui souhaitent jouer sans stress)
NieR Replicant ver.1.22474487139
90
NOTE : pour profiter d'une expérience optimale, il est OBLIGATOIRE de forcer le framerate du jeu à 60 fps dans le panneau de configuration Nvidia, la vitesse du jeu dépend du framerate, ce qui rend le jeu injouable au delà !

NieR: Replicant, ou le jeu dont la patience est mise à rude épreuve.

On y incarne NieR (si vous avez décidé de l'appeler ainsi), cherchant à sauver sa soeur Yonah d'une maladie incurable.

Mais l'histoire est le point dont je ne parlerai pas ici, car il est le point central d'un jeu Yoko Taro.

En effet, Yoko Taro avec NieR propose une construction de jeu différente de ce qu'on voit habituellement.

On y retrouve de nombreuses variations de gameplay, de scénario et surtout le jeu nous fait vivre chaque émotion.

Parce que NieR: Replicant est un jeu dont une fois l'acte 1 terminé, nous fait atterir dans un embranchement dont on ne pourrra plus sortir.

Cette boucle, c'est un point de vue différent à chaque nouveau départ, et surtout, une histoire que l'on croyait complète mais qui ne cesse de rajouter des pièces à son puzzle.

NieR: Replicant est un jeu extrêmement éprouvant, puisqu'il nécessite de la part du joueur pas moins de 4 fois refaire l'acte 2 avant de voir "tout" ce qu'il a à proposer !

Côté DA, le travail est spectaculaire.

Certes le jeu semble toujours daté d'un jeu d'antan, mais il a pris un tel rajeunissement qu'il en est difficile de reconnaitre certains décors.

Absolument tout a été refait, les éclairages, les décors, les visages, les musiques, c'est un travail énorme qui permet un résultat aujourd'hui à la hauteur du grand public.

D'ailleurs, la ré orchestration est excellente, et propose des musiques aussi réussis que celles de NieR: Automata.

Le gameplay reprend d'ailleurs celui de NieR: Automata puisqu'il est désormais bien plus simple d'esquiver.

Le reste est d'origine, entre les tirs du grimmoire Weiss, l'utilisation de "sors", et de contre, on retrouve les essentiels pour des combats réussis.

Malgré tout, le jeu n'est pas exempt de défauts, puisque comme dit plus haut, il est extrêmement répétitif, non seulement par la répétition de l'Acte 2, qui n'a subi aucune modification, j'aurai préféré un système de sauvegarde à la NieR: Automata après une fin B par exemple afin de pouvoir choisir où revenir dans le jeu plutôt que de devoir tout refaire, certes des petites choses s'ajoutent mais à partir de cette fin, elles sont minimes.

De plus, je regrette l'absence de changements dans les quêtes, qui restent inutiles au possible et enfin les succès, que j'ai tous faits, et qui m'ont demandé pas moins de 10h d'allers retours pour des matériaux.

Bref, un incontournable qui malheureusement propose une formule aujourd'hui vieillie et des retournements revus par la suite, ce qui me fait vous dire une chose : quel que soit l'expérience que vous aurez sur ce NieR, vous y jouez avec plusieurs années de retard.

Conecte-se com sua conta IG

Criando sua conta permite visualizar o seu cartão alguns segundos imediatamente após a compra, mas também para obter a história dos seus pedidos anteriores em poucos click's.